Eau potable : une réunion déterminante pour la Xaintrie Blanche

Argentat XVD

Dès 2018, dans un souci de sécurisation de la distribution de la ressource en eau et de solidarité territoriale, la communauté de communes Xaintrie Val’ Dordogne, ses communes et les syndicats d’eau compétents se sont associés pour engager la réalisation d’un schéma directeur d’alimentation en eau potable à l’échelle intercommunale.

A terme, notre volonté partagée est de disposer de lisibilité sur un projet global de travaux à l’échelle de tout le territoire, permettant d’être en capacité d’assurer de manière pérenne la distribution d’eau potable tant en quantité qu’en qualité pour nos besoins actuels et futurs, et ce, dans les meilleures conditions économiques.

Concomitamment à cette étude « schéma directeur intercommunal », confrontées désormais chaque été à un manque d’eau, les collectivités de la Xaintrie Blanche se sont engagées depuis plusieurs années avec les collectivités du Cantal dans une étude pour déterminer les conditions techniques et financières d’une alimentation en eau par ce département.

Au regard de l’enjeu d’articulation de ces deux études interdépendantes et face à la nécessité de déterminer et d’engager dans les meilleurs délais la solution pérenne qui permettra de répondre aux besoins du secteur de la Xaintrie Blanche, une réunion a été organisée et provoquée par la communauté de communes le 8 juillet dernier à Saint-Privat pour associer et donner de la lisibilité sur leurs états d’avancement aux différents acteurs : élus du syndicat du Puy du Bassin, élus municipaux pour les communes de Xaintrie Blanche non adhérente au syndicat, CC XVD, Préfecture, DDT, Agence de l’Eau, Conseil Départemental et ARS.

Face à l’urgence à agir et ne pas retarder la mise en place d’une solution durable pour notre territoire, il a été présenté par le bureau d’études Dejante un bilan avantages / inconvénients de tous les scenarii envisageables pour desservir durablement en eau la Xaintrie Blanche. A l’issue de cette réunion, les élus ont manifesté leur volonté auprès du Secrétaire Général de la Préfecture de se déterminer avant la fin du mois sur une solution « cantalienne » ou corrézienne.